About UniVerse
Poets by Nation
Poetry + New Media
Support UniVerse
Davertige was born Villard Denis at Port-au-Prince December 2nd, 1940. His father Aristhene Denis, a hotel manager, and his mother Jeanne Fequiere, originally from Cavaillon were married in 1933. They have four children: William, Raymonde, Daniel and Villard.

Villard Denis lives with his parents whose property is part of the plantation Laforesterie, at Port-au-Prince in downtown Morne L’Hopital. His mother had him believe they were of bourgeoisie origins. Once an adult, he maintained the impression he grew up in a castle.

Very early, he learned French and spoke it fluently thanks to a Guadeloupian, Alice, an old woman who lived with his family from 1939 to 1945 and who he called affectionately, Grandma Alice. At five years old, Villard Denis falls from the exterior staircase of the house. From then on, he’s considered a child of delicate health. At six years, he enters the private elementary school, Colbert Bonhomme.

At nine years old, his family begins to notice his interest in drawing and visual arts. His parents encourage his art-work on the condition that it does not interfere with his studies. As he is unable to play with his classmates because of his poor health, he reads French literature text books, from the Middle Ages until the French Revolution. He familiarizes himself with the work of Villon, from Du Bellay and other classics.

At twelve years old, in addition to his secondary studies at the private school Simon Bolivar, he enrolls in the National Center of Ceramic Education, where he works with the painter and ceramist Tiga. He encounters there other artists as well. Over the course of his studies, he becomes a more independent thinker, and aware of social and familial mistruths.

He begins to frequent the Foyer of Visual Arts in 1954. He takes on an apprenticeship under the direction of the painter, Dieudonne Cedor, who he considers his master. He devours the library of he Foyer and discovers the book, The Life of Van Gogh (Hachette, 1959) that affects him profoundly. He tells himself, "I will be like Van Gogh who never sold a single painting during his life." His first paintings do not interest anyone. The intellectual life of the Foyer permits him, though, to observe present Parisian and world culture.

He writes his first poems at seventeen years old. As a communist, he actively participates in the student struggle.

In February of 1958, he shows his first works at the National Society of Dramatic Art. He presents, among others, the painting, "Christ negre". Marked by social realism, his work portrays world injustice. The exposition is applauded by the historian Michel-Philippe Lerebours in the revue, Coumbite.

In 1959, he presents his first poems under the pseudonym of Davertige, the name Villard Denis already too connected with his painting. He meets Roland Morisseau, the first poet with whom he shares his poetry.

He befriends the poet Rene Philoctète following a meeting of the literary group, Samba. This group of poets—Roland Morisseau, Rene Philoctète, Davertige, Serge Legagneur, Anthony Phelps, Auguste Thénor—willl become thereafter the foundational artists of Literary Haiti.

In 1960, he buys the library of the painter Jacques Gabriel. He then learns that the library had once belonged to the painter and intellectual Roland Dorcely. The works had been carefully chosen by the French writers Maurice Nadeau and Michel Leiris of poet Magloire Saint-Aude. The friendships developed around Literary Haiti—Davertige and Legagneur; Morisseau and Philoctete—enormously enrich their creations.

Following the arrest of his friend, the student Jacques Duvieulla, Davertige takes refuge at the home of a washerwoman, a friend of his mentor Cedor, in the suburbs of Port-au-Prince. He writes there his collection Idem from September 1960 to February 1961. He spends his time reading his poems aloud at the Lautreamont.

On January 7th 1962 at Port-au-Prince, Idem is released, published by l’Imprimerie Theodore, with a preface written by the poet Serge Legagneur in the collection Literary Haiti. In order to pay for the printing of 300 copies, Davertige sells his car, a Jeep Willis. Still not enough, he eliminates—under the pressure of Theodore—a quarter of the text which he throws into a sewer. The rejected poems were engaging works, influenced by social realism.

The poem, "Pétion-Ville en blanc et noir", the last in the collection, bears witness to his forced hiding at the friend of his mentor. This poem, written February 9th, 1961, is a concession to the Haitain left, fervent about social realism, who accuse him of being a hermit.

Villard Denis lives off his painting from 1960 until 1962, which permits Davertige to write. He works for Issa El Saieh, a gallery-owner, making close to four hundred dollars a month.

In 1962, he trades his paintings for books at the bookstore Select, where he meets the bookseller Noisy and one of the prominent readers of Port-au-Prince, Guy Dallemand. He spends an equally large amount of time at the books store La Pleiade. His reading serves him well; once in Paris, he is deeply familiar with contemporary literature. He reads Saint-John Perse, the African-American poets, and the voices of Negritude: Aime Cesaire, Leon-Gontran Damas, Leopold Sedar Senghor…

In the early 1960’s, despite his renown as a painter and poet, he remains single. Bohemian, he solicits prostitutes from time to time.

In 1962, the literary critic Maurice Lub, during a vacation in Paris, distributes the works of Literary Haiti and gives a copy of Idem to the poet Alain Bosquet. In 1963, Bosquet acknowledges the genius of the writer of Idem in the newspaper Le Monde.

In 1963, the poets of Literary Haiti—Morisseau, Philoctète, Phelps et Thénor—are recognized by Eugénie Galpérina, Soviet literary critic. In his article, reprinted in Haiti, Davertige’s name is shockingly omitted. To rectify the injustice, René Philoctète writes a glowing article on Idem in the revue Semences.

In an interview assigned to the Franco-Haitian review Conjonctions, in 1964, Davertige declares "I have no shame in saying that a young writer who fosters a lot of ambition needs to leave his country. For the need of oxygen". Several months later, with the intention to explore Europe, Davertige stops for several days in New York; he stays for one year. He works at Art d’Haiti, a small boutique of paintings managed by Leon Chalom where he creates commercial art for the company Carlman.

The same year, through a mutual friend, he meets Alain Bosquet at Carnegie Hall. After the warm encounter, Bosquet writes an article praising Idem, published in Combat in 1965. With a preface by Bosquet, Idem is re-released in Paris to 650 patrons of the arts at Seghers. Davertige still lives in the United States. A statement that appeared in L’Express wrongly claims, "pursed by the 'tonton-macoutes' of Duvalier, he could no longer return to Haiti".

In October of 1965, Davertige arrives in Paris where he lives in a small hotel in the Latin Quarter. He enjoys his life in the city. He spends time with the poets Alain Bosquet, Pierre Emmanuel, André Laude… the French writers give homage in their works to Idem.

In 1967, still in Paris, he settles down with a young French woman, Chantal, whom he met through his political activism in the leftist group F.A.R.H. Their daughter Eleonore is born in 1968.

In the early seventies: the disillusion. The poet considers he has lost everything in Europe: the sense of the French language, his prestige, and his genius.

From 1967 to 1973, he sees the poet Gary King on a daily basis, rue Gay-Lussac, fifth district. He also keeps company with Haitian intellectuals in Paris like Gerard Aubourg, Daniel Arty, Jean-Claude O’Garo.

In 1968, with the directors of F.A.R.H. Fred and Reneld Baptiste, Davertige leaves for China where he learns about the government’s approach to obtain money and munitions, but China does not express any interest in the revolutionary struggle in Haiti. In the early seventies, Davertige starts the draft for a novel that he hopes will be his masterpiece. He fills more than 2000 pages of a calligraphy book, without margins or spaces. Later, he burns it all.

In 1970, in Paris, he meets Herard Jadotte, editor of the printing house Nouvelle Optique, who invites him to come live in Montreal. In 1976 he breaks up with Chantale and leaves Paris for Montreal.

From 1976 to 2002, he withdraws from his persona. He paints and rewrites Racine and Lafontaine. He takes on a mystical voice. "The darkness: life realizes itself. No more Villard Denis. Davertige is in the past. His representative Villard Denis is dead."

In 1987 he returns to Haiti. He stays for six months with his friend René Philoctète. In 1999, invited to show his work, he returns to Port-au-Prince on the occasion of the Meeting of Latin-American ministers.

In 2003, he rewrites most of his poems from Idem, designing and actively participating in their publication at Memoire d’encrier in Montreal, under the title Davertige, Anthologie secrete. The work was released at the Salon du Livre of Montreal in November 2003.

Davertige (Villard Denis) died in Montreal July 25th, 2004. A series of texts—homage with the ink of Davertige—from the series "Aluminum fantome" will be available online on "ile en ile".

French Biography
Le poète Davertige naît Villard Denis à Port-au-Prince le 2 décembre 1940. Son père Aristhène Denis, maître d'hôtel, et sa mère Jeanne Féquière, originaire de Cavaillon, se sont mariés en 1933. Ils ont eu quatre enfants: William, Raymonde, Daniel et Villard.

Villard Denis vit avec ses parents dont la propriété est limitée par la plantation Laforesterie, domaine situé à Port-au-Prince au bas du quartier Morne L'Hôpital. Sa mère lui fait croire qu'il est d'origine bourgeoise. Devenu adulte, il garde l'impression d'avoir vécu, enfant, dans un château.

Très tôt, il apprend le français et le parle couramment grâce à une Guadeloupéenne, Alice, dame âgée hébergée par ses parents de 1939 à 1945 et qu'il appelle affectueusement Grand-mère Alice. À cinq ans, Villard Denis tombe de l'escalier extérieur de la maison. Depuis, il est considéré comme un gamin de santé délicate. À six ans, il entre aux Cours privés Colbert Bonhomme où il fait ses études primaires.

À neuf ans, sa famille remarque son intérêt pour le dessin et les arts plastiques. Ses parents l'encouragent à condition que cela ne nuise à ses études. Comme il ne peut jouer avec ses camarades à cause de son état maladif, il lit des manuels de littérature française, du Moyen-âge jusqu'à la Révolution française. Ainsi, il fréquente l'œuvre de Villon, de Du Bellay et d'autres classiques.

À douze ans, parallèlement à ses études secondaires aux Cours privés Simon Bolivar, il entre au Centre de céramique de l'Éducation nationale où il travaille avec le peintre et céramiste Tiga. Il y rencontre également d'autres artistes. Au fil de ses lectures, il acquiert une autonomie de pensée et prend conscience des mensonges sociaux et familiaux.

Il commence à fréquenter le Foyer des Arts plastiques en 1954. Il entreprend son apprentissage sous la direction du peintre Dieudonné Cédor qu'il considère comme son maître. Il dévore la bibliothèque du Foyer et découvre l'ouvrage La vie de Van Gogh (Hachette, 1959) qui l'attriste profondément. Il se dit: «Je serai comme Van Gogh qui de son vivant n'a pas vendu un seul tableau». Très sombres, ses premières toiles n'intéressent personne. La vie intellectuelle du Foyer lui permet pourtant d'être au fait de l'actualité culturelle parisienne et mondiale.

Il écrit ses premiers poèmes à dix-sept ans. Communiste, il participe activement à la lutte des étudiants.

Villard Denis expose en février 1958 ses premières toiles à la Société nationale d'art dramatique (S.N.A.D.). Il présente, entre autres, la toile «Christ nègre». Marquée par le réalisme socialiste, son œuvre rend compte de l'injustice du monde. L'exposition est saluée par l'historien Michel-Philippe Lerebours dans la revue Coumbite.

En 1959, il présente ses premiers poèmes sous le pseudonyme de Davertige, le nom de Villard Denis étant trop rattaché à ses activités de peintre. Il rencontre Roland Morisseau, le premier poète à qui il montre ses poèmes. Il se lie d'amitié avec le poète René Philoctète à la suite d'une séance du groupe littéraire Samba. Ce groupe de poètes – Roland Morisseau, René Philoctète, Davertige, Serge Legagneur, Anthony Phelps, Auguste Thénor – deviendra par la suite Haïti Littéraire.

En 1960, il achète la bibliothèque du peintre Jacques Gabriel. Il apprend par la suite que la bibliothèque avait d'abord appartenu au peintre et intellectuel Roland Dorcély. Les ouvrages avaient été soigneusement choisis par les écrivains français Maurice Nadeau et Michel Leiris.

Pour mieux incarner la modernité, Philoctète et Davertige veulent rompre avec la tradition poétique haïtienne, parnassienne et romantique. Ils suivent les traces du poète Magloire-Saint-Aude. Les grandes amitiés développées au sein d'Haïti Littéraire – Davertige et Legagneur; Morisseau et Philoctète – enrichissent énormément leurs créations.

Suite à l'arrestation de son ami, l'étudiant Jacques Duvieulla, Davertige se réfugie chez une dame lavandière de profession, amie de son mentor Cédor, en banlieue de Port-au-Prince. Il écrit alors son recueil Idem de septembre 1960 à février 1961. Il passe son temps à lire ses poèmes à haute voix, à la Lautréamont.

À Port-au-Prince, le 7 janvier 1962, Idem paraît, publié sous les presses de l'Imprimerie Théodore à compte d'auteur, et préfacé par le poète Serge Legagneur dans la collection Haïti Littéraire. Pour payer le tirage des 300 copies, Davertige vend sa voiture, une Jeep Willis. Comme la somme n'est pas suffisante, il supprime – sous la pression de Théodore – le quart du texte qu'il balance dans un égoût. Les poèmes jetés sont des textes engagés, influencés par le réalisme socialiste.

Le poème «Pétion-Ville en blanc et noir», le dernier du recueil, est un témoignage de son séjour forcé chez la lavandière. Ce poème, écrit le 9 février 1961, facile d'accès, est une concession à la gauche haïtienne, fervente de réalisme socialiste, qui l'accuse d'être hermétique.

Villard Denis vit de sa peinture de 1960 à 1962, ce qui permet à Davertige d'écrire. Il travaille pour Issa El Saieh, galeriste, gagnant près de quatre cents dollars par mois.

En 1962, il troque sa peinture contre des livres à la Librairie Select où il rencontre le libraire Noisy et l'un des grands lecteurs de Port-au-Prince, Guy Dallemand. Il fréquente également la librairie La Pléïade. Ses lectures lui sont fructueuses; plus tard, à Paris, rien ne lui sera étranger. Il lit Saint-John Perse, les poètes afro-américains et les voix de la Négritude: Aimé Césaire, Léon-Gontran Damas, Léopold Sedar Senghor...

Au début des années 1960, malgré sa renommée de peintre et de poète, il n'a pas de fiancée. Bohème, il fréquente de temps à autre les prostituées.

En 1962, le critique littéraire Maurice Lubin, à l'occasion d'un séjour à Paris, fait circuler les œuvres du groupe Haïti Littéraire et adresse une copie d'Idem au poète Alain Bosquet. En 1963, celui-ci salue le génie de l'auteur d'Idem dans le journal Le Monde.

En 1963, les poètes d'Haïti Littéraire – Morisseau, Philoctète, Phelps et Thénor – sont applaudis par Eugénie Galpérina, critique littéraire soviétique. Dans son article, repris en Haïti, le nom de Davertige est malencontreusement omis. Afin de réparer l'injustice, René Philoctète écrit un article élogieux sur Idem dans la revue Semences.

Dans un entretien accordé à la revue franco-haïtienne Conjonctions, en 1964, Davertige déclare: «Je n'ai aucune honte, moi, à dire qu'un jeune écrivain qui nourrit beaucoup d'ambitions doit s'expatrier. Par besoin d'oxygène». Quelques mois plus tard, avec l'intention d'explorer l'Europe, Davertige s'arrête quelques jours à New York; il y demeure un an. Il travaille alors à Art d'Haïti, petite boutique de peinture tenue par Léon Chalom où il fait de l'art commercial pour le compte de la maison Carlman.

La même année, par l'entremise d'un ami commun, il fait la connaissance d'Alain Bosquet au Carnegie Hall. La rencontre est chaleureuse. Bosquet écrit un élogieux article sur Idem dans Combat en 1965. Avec une préface de Bosquet, Idem est réédité à Paris à 650 exemplaires chez Seghers. Davertige vit toujours aux États-Unis. Une note parue dans L'Express dit, à tort: «poursuivi par les tonton-macoutes de Duvalier, il ne pouvait plus retourner en Haïti».

En octobre 1965, Davertige arrive à Paris où il vit dans un petit hôtel du Quartier Latin. Davertige est assez heureux de sa rencontre avec le milieu parisien. Il fréquente les poètes Alain Bosquet, Pierre Emmanuel, André Laude... Les écrivains français lui rendent hommage dans une mise en espace d'Idem.

En 1967, toujours à Paris, il s'installe avec une jeune Française, Chantale, rencontrée dans le cadre de ses activités politiques avec le groupe gauchiste F.A.R.H. Leur fille Éléonore naît en 1968.

Au début des années 70: la désillusion. Le poète considère avoir tout perdu en Europe: le sens de la langue française, son prestige et son génie.

De 1967 à 1973, il voit quotidiennement le poète Gary Klang, rue Gay-Lussac, 5ème arrondissement. Il fréquente également des intellectuels haïtiens de Paris comme Gérard Aubourg, Daniel Arty, Jean-Claude O'Garo.

En 1968, avec les dirigeants du F.A.R.H. Fred et Reneld Baptiste, Davertige part pour la Chine où ils entreprennent des démarches auprès du gouvernement pour obtenir de l'argent et des munitions, mais la Chine ne manifeste aucun intérêt pour les luttes révolutionnaires en Haïti.

Au début des années 70, Davertige commence la rédaction d'un roman qu'il espère l'œuvre de sa vie. Il cumule plus de 2000 pages d'une calligraphie menue, sans marge ni espacement. Plus tard, il met tout au feu.

En 1970, à Paris, il rencontre Hérard Jadotte, éditeur de la maison d'édition Nouvelle Optique, qui l'invite à venir vivre à Montréal. En 1976, il rompt avec Chantale et quitte Paris pour Montréal.

De 1976 à 2002, il se replie sur lui-même. Il peint et récrit Racine et Lafontaine. Il entame une voie mystique. «Les ténèbres: la vie s'achève. Plus de Villard Denis. Davertige est au passé. Son représentant Villard Denis est mort.»

En 1987, il rentre en Haïti. Il séjourne pendant six mois chez son ami René Philoctète. En 1999, invité à exposer ses œuvres, il retourne à Port-au-Prince à l'occasion de la Rencontre des ministres latino-américains.

En 2003, il récrit la plupart des poèmes d'Idem, dessine et participe activement à la publication de ses œuvres chez Mémoire d'encrier à Montréal, parues sous le titre Davertige, Anthologie secrète. L'ouvrage a été lancé au Salon du Livre de Montréal en novembre 2003.

Davertige (Villard Denis) est mort à Montréal le 25 juillet 2004. Une série de textes-hommages avec des encres de Davertige – de la série «Aluminium fantôme» – seront prochainement mis en ligne sur «île en île».

– Rodney Saint-Éloi

Biographie adaptée de la «Chronologie» de Rodney Saint-Éloi, parue dans Anthologie secrète de Davertige (Montréal: Mémoire d'encrier, 2003): 147-151.

Poetry and biography translation by Samantha Levine

French version


Omabarigore la ville que j'ai créée pour toi
En prenant la mer dans mes bras
Et les paysages autour de ma tête
Toutes les plantes sont ivres et portent leur printemps
Sur leur tige que les vents bâillonnent
Au milieu des forêts qui résonnent de nos sens
Des arbres sont debout qui connaissent nos secrets
Toutes les portes s'ouvrent par la puissance de tes rêves
Chaque musicien a tes sens comme instrument
Et la nuit en collier autour de la danse
Car nous amarrons les orages
Aux bras des ordures de cuisine
La douleur tombe comme les murs de Jéricho
Les portes s'ouvrent par ta seule puissance d'amour
Omabarigore où sonnent
Toutes les cloches de l'amour et de la vie
La carte s'éclaire comme ce visage que j'aime
Deux miroirs recueillant les larmes du passé
Et le peuple de l'aube assiégeant nos regards

English version


Omabarigore the town I created for you
Taking the sea in my arms
And the landscape around my head
All the plants are sated and hold their springtime
On their stems that the winds stifle
In the middle of forests that resonate from our senses
Awakened trees that know our secrets
All the doors open with the force of your dreams
Each musician has your senses for an instrument
And the night a necklace around the dance
For we make fast thunderstorms
To the arms of refuse
The sorrow falls like the walls of Jericho
The doors open only with the force of your love
Omabarigore where rings
All the clocks of love and life
The map shines like this face that I love
Two mirrors collect the tears of the past
And the people of dawn besiege our sight